Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 4 février 2011

Selil Refleksyon ak Asyon Nasyonal Sosyete Sivil Ayisyèn lan ak Jezwit yo pran pozisyon nan Sitiyasyon difisil peyi a ap travèse a

Sitiyasyon Peyi Dayiti jounen jodi a bay anpil tèt chaje!

▪Aktè politik peyi a ak etranje yo plis ap chèche pouvwa pase solisyon sensè pou gwo pwoblèm k ap sakaje sosyete asyisyèn lan.

▪ Se divizyon ki sèl kòk chante nan zafè tranzisyon politik ak kesyon eleksyon yo :

- Eske Prezidan an dwe kite pouvwa a le 7 fevriye?
- Eske eleksyon yo dwe anile? Eske dwe gen dezyèm tou?
- Pwoblèm konfyans nan konsèy Electoral Pwovizwa a(KEP)la.
- Kominote entènasyonal ki foure bouch li twò fon nan zafè peyi a.
- Absans total volonte kay aktè kriz la pou yo rantre nan yon dyalòg sensè ak vrè negosyasyon kote y ap met devan enterè majè peyi a.
- Pèsistans pratik enpinite yo ak vyolans sosyal e politik, kap chèche detri polis nasyonal la jounen jodi a
- Move fonksyonman sistèm jistis peyi a.

Fas a sityasyon difisil sa a, CRAN an( Selil Refleksyon ak Aksyon Nasyonal, Jezwit yo ak Sosyete Sivil la) gen anpil tèt chaje!

Fidel a chwa pasifik ak nasyonalis ke li fè depi li kreye, CRAN an lanse yon apèl patrioyotik bay tout sitwayen peyi a, fanm kon gason, nan moman kriz sa a. L ap fè yo sonje:

-Gran prensip demokratik yo

-Valè fondalnatal yo

-Valè imèn ak moral yo ki dwe sèvi gid pou sitwayen yo nan moman difisil sa yo:
.Lanmou sensè pou peyi a ak nasyon an;
.Sousi pou amelyore sò kouch popilasyon ki pi pò yo
.Volonte pou jwenn solisyon rapid e efikaz a pwoblèm k ap sakaje bil peyi a.
. Vi mizerab ayisyen ap mennen anba tant
. Epidemi kolera
. Ekspilsyon masiv konpatriyòt nou yo pa Gouvènman peyi Amerik di Nò yo ak Repiblik Dominikèn
. Ijans pou rekonstri peyi a ke katastròf natirèl ak politik fin kraze
.Povrete san limit
. Iresponsabilite ak divizyon nan mitan Elit k ap dirije peyi a kote se batay chimerik san rete pou pouvwa k ap taye banda.
. Absans total espri dyalòg, negosyasyon ak tande, siy matirite politik ki pemèt nou viv byen youn ak lòt.
.Onètte, renmen youn lòt ak imilite se kalite endispansab pou tabli yon vrè dyalòg konstriktif nan tout peyi a.
.Dwa ak devwa pou tout sitwasyen patisipe nan zafè Leta a ak fè promosyon chwa ki bon pou tout moun nan aksyon sitwayèn ak eleksyon onèt.
.Chwazi non vyolans aktiv nan plas chen manje chen « dechoukaj », « pè lebren », ak zam a fe. Metòd sa yo pa pwodwi lòt bagay. Se vyolans k ap anfonse peyi a pi plis nan mizè ak dezolasyon. Souverènte nasyonal ak dwa grandèt pèp ayisyen se gwo prensip sakre ki pa danse kole ak « enjerans etranjè » k ap imilye ak avili peyi a.

▪ Pou fini, nou swete yon jou ki pa lwen, Ayiti, peyi nou tout va monte nan otè kote zansèt nou yo, fondatè nasyon an te rive. Lè sa a peyi a ap pran definitivman wout libète, diyite ak pwogrè.


Pou Cellule de Réflexion et d’Action Nationale (CRAN) des Jesuites et de la Société Civile :

R. P. Kawas François, jésuite
Coordonateur de la CRAN

R. P. Wismith Lazard, jésuite
Directeur National du Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants

Professeur Amary Joseph Noël,
Coordonnateur Général de la Confédération des Haïtiens pour la
Réconciliation (CHAR)

Pòtoprens,Ayiti, jou ki 28 janvye 2011

La Cellule de Réflexion et d’Action Nationale des Jésuites et de la Société civile (CRAN) prend position face à la Conjoncture actuelle

La conjoncture que vit le pays actuellement est d’une très grande gravité :

 Les acteurs politiques nationaux et internationaux semblent plus préoccupés par les luttes de pouvoir que par une recherche sincère et patriotique de solutions aux graves problèmes que confronte la société haïtienne
 Le pays reste profondément divisé sur la transition politique et les enjeux électoraux : départ ou non du Président de la République le 7 février 2011, annulation ou non des élections du 28 novembre 2010, nécessité ou non d’un second tour des élections, la crédibilité du Conseil Électoral Provisoire (CEP) etc.
 L’ingérence intolérable de la Communauté Internationale dans les affaires internes d’Haïti.
 L’impossibilité pour les principaux acteurs politiques d’engager un vrai dialogue et de véritables négociations autour des intérêts supérieurs de la Nation
 La montée de l’impunité, de la violence sociale et politique avec parfois pour cible l’institution policière; résultat du dysfonctionnement des institutions étatiques, notamment du système judiciaire.

Face à cette situation difficile, la Cellule de Réflexion et d’Action Nationale des Jésuites et de la Société civile (CRAN) se sent profondément préoccupée. Elle ne dispose pas de solutions miracles, susceptibles de faire l’unanimité ou de satisfaire toutes les parties. Toutefois, fidèle à ses options, elle lance un appel patriotique à tous les citoyens et à toutes les citoyennes d’Haïti, notamment aux principaux acteurs de la crise actuelle : le Gouvernement au pouvoir (Président de la République et hauts responsables de l’État), les candidats à la présidence et aux élections sénatoriales et législatives, aux partis politiques, aux membres du Conseil Électorale Provisoire (CEP) etc. La CRAN tient à rappeler à tous et à toutes, les grands principes démocratiques, les valeurs fondamentales, humaines et éthiques, qui doivent guider les comportements au sein de cette crise que vit notre pays :

 L’amour profond et sincère pour son peuple, spécialement pour les secteurs sociaux les plus vulnérables.
 La volonté réelle de chercher des solutions rapides et efficaces aux nombreux problèmes urgents de la population tels que : la vie infrahumaine sous les tentes, l’épidémie de choléra, le rapatriement massif de nos compatriotes par les gouvernements des États-Unis d’Amérique du Nord et de la République Dominicaine, l’urgence de reconstruire un pays dévasté par les catastrophes naturelles, l’extrême pauvreté et l’irresponsabilité des élites dirigeantes etc. Ces problèmes sont souvent oubliés au profit des luttes stériles et interminables pour le pouvoir
 Le sens du dialogue, de la négociation et de l’écoute qui est preuve de patriotisme et de maturité politique et sans lequel le vivre-ensemble n’est pas possible; c’est la loi de la jungle. Il est temps de mettre de côté tout nationalisme théorique et folklorique au bénéfice d’un engagement citoyen authentique.
 L’honnêteté, la magnanimité, le respect de l’autre et l’humilité comme vertus indispensables à la réalisation d’un dialogue vrai et constructif
 Le droit et le devoir pour tous et pour toutes de participer à la chose publique, de promouvoir le bien commun au moyen d’une participation citoyenne effective à des élections véritablement honnêtes et transparentes
 La non-violence active comme stratégie de lutte politique, à la place des formes violentes de lutte telles que le «Père Lebrun», le «déchoukaj», l’usage d’armes à feu etc. Ces procédés n’engendrent que de la violence et engoncent davantage notre pays dans la misère et la désolation.
 La souveraineté nationale, l’autodétermination d’un peuple sont des principes sacrés qui ne s’accommodent guère de l’ingérence étrangère qui humilie et avilit.

Puisse Haïti, notre pays à tous et à toutes, être un jour à la hauteur des prouesses des Pères de la Nation et s’engager définitivement sur la voie de la liberté, de la dignité et du progrès.

Pour la Cellule de Réflexion et d’Action Nationale (CRAN) :

R. P. Kawas François, jésuite
Coordonateur de la CRAN

R. P. Wismith Lazard, jésuite
Directeur National du Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants

Professeur Amary Joseph Noël,
Coordonnateur de la Confédération des Haïtiens pour la Réconciliation (CHAR)

jeudi 13 janvier 2011

12 janvier 2010: l’opportunité pour construire un avenir meilleur

Déclaration des Jésuites d’Haïti et de leurs collaborateurs (trices) et amis (es) à l’occasion de la clôture des journées de prière et de réflexion pour la commémoration du tremblement de terre du 12 janvier 2010

A nos frères et sœurs Haïtiens et Haïtiennes qui vivent à l’intérieur du pays et à l’étranger.

A nos frères et sœurs du monde entier, spécialement à ceux qui se sont solidarisés et qui se solidarisent encore avec nous à l’occasion de ce drame
Aux Responsables politiques (Président de la République, Candidats à la Présidence, Ministres, Secrétaires d’État, Directeurs généraux, Parlementaires, Maires et à tous les autres responsables de l’État).

Aux responsables des Représentations diplomatiques, des Institutions multilatérales, bilatérales, des ONGs internationales.

Aux Responsables religieux de toutes les confessions
A ceux qui détiennent le pouvoir économique dans notre pays et dans le monde
A nos frères et sœurs, responsables et membres des organisations qui luttent pour une nouvelle Haïti et pour un monde plus juste
Etc.

Nous, les jésuites d’Haïti, nos collaborateurs et amis, nous nous sommes réunis depuis le dimanche 9 janvier au Centre jésuite Pedro Arrupe à Tabarrre 10 pour prier, communier avec tous ceux qui nous ont laissés et avec ceux qui d’une manière ou d’une autre souffrent encore plus directement des conséquences du drame du 12 janvier. Nous avons également réfléchi sur l’impact et les conséquences du séisme sur notre pays, sur les défis qui se présentent à nous aujourd’hui, sur notre responsabilité individuelle et collective dans la refondation de notre nation etc.

Cet événement a frappé Haïti en plein cœur. Nous connaissons déjà les dommages :
- Plus de 300.000 mille Haïtiennes et Haïtiens ont perdu leur vie
- Plus de deux millions de blessés, d’amputés, de déplacés
- 1.5 millions de personnes vivent dans des abris de fortune et des tentes dans des conditions inhumaines
- La destruction d’une grande partie des infrastructures religieuses, politiques, économiques, sociales (éducation, santé) de la capitale et des départements de l’Ouest et du sud-est; avec des retombées sur l’ensemble du pays
- Toute la nation en sort traumatisée

Les conséquences sont énormes pour notre pays :
- La paralysie d’une économie déjà moribonde
- L’effondrement des structures déjà inopérantes de l’État
- Le dysfonctionnement de nos institutions économiques, sociales, religieuses
- L’augmentation des flux migratoires vers les pays voisins
- Le chômage et le désespoir surtout chez nos jeunes
- La montée de la pauvreté, spécialement chez les classes populaires et la classe moyenne.
- Nos maux séculaires : l’exclusion sociale, la misère, l’ignorance, etc., se sont aggravés.

Ce drame n’est nullement une malédiction de Dieu, ni le châtiment du Très-Haut pour les péchés individuels et collectifs des Haïtiens et Haïtiennes. Car notre Dieu, le Dieu des Chrétiens, est essentiellement le Dieu de la Vie, le Dieu Libérateur, plein de Tendresse et de Miséricorde. Le Dieu qui respecte la liberté des hommes et des femmes qu’Il a créés. Ce drame est certes en partie la conséquence de la situation biogéographique de notre pays; mais il est surtout le résultat de l’irresponsabilité et de la négligence séculaires des responsables de l’État, de l’égoïsme de nos élites, du manque de conscience citoyenne de nous tous.

Certes, il nous faut pleurer nos morts, communier avec eux, nous solidariser avec ceux qui souffrent, nous donner la main dans le malheur! Mais il nous faut surtout en tant que peuple saisir cette opportunité pour grandir, chercher les voies qui nous mènent à la construction d’une terre haïtienne nouvelle, aux dimensions des luttes de nos ancêtres, de nos espoirs et de nos rêves aujourd’hui.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ne doit pas et ne peut pas sonner le glas de notre nation, au contraire c’est l’opportunité qui nous est offerte pour construire enfin un avenir meilleur. Pour cela, en ce jour où nous commémorons ce drame, nous invitons solennellement :

 Nos frères et sœurs Haïtiens et Haïtiennes qui vivent à l’intérieur du pays et à l’étranger à renforcer leur conscience citoyenne et à inventer des mécanismes efficaces en vue de construire une nouvelle Haïti.

 Nos frères et sœurs du monde entier, à continuer la mobilisation pour aider Haïti, dans le respect et au moyen d’une solidarité sincère, à sortir de l’impasse et à créer une nation libre, prospère, vivant enfin dans la dignité.

 Les Responsables politiques (Président de la République, Candidats à la Présidence, Ministres, Secrétaires d’État, Directeurs généraux, Parlementaires, Maires et tous les autres responsables de l’État) à mettre de côté les intérêts personnels pour défendre enfin les intérêts supérieurs de notre pays, à créer un État fort, souverain, au service de la Nation, garant du développement socio-économique, de l’inclusion de tous les fils et de toutes les filles de cette terre.

 Les responsables des Représentations diplomatiques, des Institutions multilatérales, bilatérales, des ONGs internationales à dépasser les mécanismes classiques de la coopération internationale qui n’ont généré que sous-développement et plus de pauvreté, pour développer enfin, dans la justice, le respect et la dignité, une coopération sincère et féconde, qui aide réellement Haïti.

 Les Responsables religieux de toutes les confessions, à travailler ensemble, au-delà de leurs différences, au service de l’homme haïtien; à aider cet homme à se mettre debout, à vivre dans la liberté et la dignité, selon la volonté de notre Dieu. «La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant», disait Saint Augustin.

 Tous ceux qui détiennent le pouvoir économique dans notre pays et dans le monde, à prendre conscience de leur grande responsabilité dans le développement d’Haïti, à chercher à apporter une contribution sincère, réelle et significative dans la recherche de solutions appropriées aux graves problèmes socio-économique de ce pays.

 A nos frères et sœurs, responsables et membres des organisations qui luttent pour une nouvelle Haïti et pour un monde plus juste, à continuer la lutte, à travailler ensemble, main dans la main, pour construire une société civile haïtienne forte, seule garante de la démocratie et du progrès dans notre pays.

Que vive Haïti! Que renaisse enfin notre pays!

Les Jésuites d’Haïti, Port-au-Prince, 12 Janvier 2011

lundi 13 décembre 2010

Haïti est souffrante ! Accourons tous et toutes à son chevet !

Note de presse de la Cellule de Réflexion et d’Action Nationale(CRAN) des Jésuites et de la Société Civile

12 décembre 2010


La CRAN (Cellule de Réflexion et d’Action Nationale) initiative des Père Jésuites et de la Société Civile haïtienne, lève la voix dans la conjoncture que traverse le pays après la préoccupante journée électorale du 28 novembre 2010 et les manifestations violentes qui ont suivi la proclamation des résultats.

Alarmée et préoccupée par les menaces graves que représente l’escalade de violence qui semble embraser le pays entier, la CRAN s’est mise à l’écoute de tous ceux et celles qui, par un biais ou par un autre, se sont prononcés en faveur de la réouverture des voies de la paix et de l’entente citoyenne, indispensable pour éloigner du pays des déchirements sans précédent et des morts inutiles et en nombre.

Dans cette perspective, la CRAN a, au cours de sa rencontre hebdomadaire du dimanche 12 décembre 2010, onze mois après le séisme, saluer les appels au calme, à la raison et à la concertation lancés par les leaders religieux du pays : M. Beauvoir, Ati national du Vodou, Pasteur Exantus, Président de la Fédération protestante d’Haïti, Mgr Dumas, Evêque catholique des Nippes, Mgr Duracin, Evêque de l’Eglise Episcopale d’Haïti.

La CRAN épouse ces prises de position et clame à son tour au pays entier que la solution de la crise, sans précédent, engendrée par les élections est dans la résolution pacifique des conflits par un dialogue, à la fois, ouvert et constructif entre les parties concernées.

En conséquence,

1. La CRAN est convaincue que ce dialogue doit impliquer, en priorité les différents acteurs politiques ( Le Groupes des 12, les 3 candidats classés en tête dans les résultats et les autres).

2. Elle lance un appel instant aux acteurs politiques impliqués dans la crise pour qu’ils acceptent tous, dans un élan d’humilité et de patriotisme de s’asseoir autour d’une table en vue de trouver ensemble une solution haïtienne à la crise, compromis ou démarche qui mettra le pays et le bien être du peuple haïtien avant tout intérêt personnel.

Haïti est souffrante ! Accourons tous et toutes à son chevet !

3. La CRAN se propose de rencontrer les leaders religieux précités, dans le plus bref délai, en vue de les encourager et les porter à poursuivre leurs efforts. La CRAN promet de rester solidaire des initiatives prises par eux en vue de convier autour d’une table de concertation les protagonistes de la crise.

4. La CRAN invite tous les acteurs à fuir les voies dangereuses de la violence qui détruit la vie et les biens. La violence ne crée pas de ponts! Elle aggrave la méfiance et élargit les distances entre frères et sœurs d’une même patrie !

5. En particulier, la CRAN appelle le Président de la République, M. René Préval à :

a) Se hisser à la hauteur de ses devoirs du moment.
b) Entendre les cris du peuple en détresse, dont l’existence même est menacée.
c) Chercher et proposer des issues pour résorber la crise et mettre les populations et le pays hors de danger.
d) Mettre, en avant, en sa qualité de chef d’Etat, les intérêts supérieurs du peuple haïtien.

Fait à Port-au-Prince, le 12 décembre 2010

Pour La Cellule de Réflexion et d’Action Nationale (CRAN)

Le Noyau Stratégique de la CRAN :

1o) Révérend Père François Kawas , SJ. Directeur de CRIE et Coordonnateur Général de la CRAN, E-mail : Kafranc@yahoo.fr

2o) Professeur . Amary Joseph NOEL, Coordonnateur Général de la Confédération des Haitiens pour la Réconciliation (CHAR). E-mail : profamaryjosephnoel@yahoo.fr

3o) Révérend Père Jan Hanssens, Congrégation Cœur Immaculé de Marie(CICM)

4o) Révérend père Wismith Lazard S.J, Directeur du Service Jésuite aux Réfugiés Haïti (SJR)

lundi 6 décembre 2010

Communiqué de la CRAN sur son activité publique du 18 novembre 2010

Cellule de Réflexion et d’Action Nationale (CRAN) des Jésuites et de la Société Civile

ACTIVITE PUBLIQUE 18 NOVEMBRE 2010 :

Société Civile - Elections - Reconstruction

COMMUNIQUÉ

Port-au-Prince, 20 novembre 2010

Aux Membres et Sympathisants de la CRAN

Aux Membres de la Société civile haïtienne


Le 18 novembre 2010, jour de la fête de Vertières, plus d’une centaine de participants, représentants d’organisations et regroupements de la Société civile, se sont donnés rendez-vous à l’Institut La Sève, Carrefour Marin, pour cette première activité publique du CRAN, Cellule de Réflexion et d'Action nationale, initiative des Pères Jésuites et de la Société civile.

En la circonstance, trois panels ont permis d’approfondir des thèmes d’actualité comme « Identité de la Société civile », « Société civile et les contradictions du processus électoral en cour », « Défi et Ambiguïtés de la Reconstruction du pays ». La CRAN salue la participation des panélistes de qualité comme Mme Suzy CASTOR, Me Joseph EXUME, Professeur Reynold J. ELIE, Prof. Camille CHALMERS et Prof. Amary Joseph. NOEL, qui avec beaucoup de compétence et préoccupation pour le pays ont développé les thèmes et stimulé les débats entre les participants.

Quelques lignes fortes se sont dégagées de ces assises:

· L’importance de contribuer à créer une Société civile forte, articulée et consciente de sa contribution nécessaire pour la reconstruction et le changement du pays;

· La nécessité d’un dialogue continu, ouvert et transparent entre les différents regroupements qui se dessinent en ce moment entre les différentes organisations à l'intérieur de la Société civile;

· L’importance pour les citoyens et citoyennes du pays de se prononcent en faveur d’un Etat responsable lors du scrutin du 28 novembre 2010, en dépit des contradictions et ambiguïtés qui traversent le processus électoral;

· La nécessité d'approfondir la question de la reconstruction du pays et d'exiger la participation active des citoyens et citoyennes à toutes les décisions qui engagement l’avenir du pays;

· L'importance que la CRAN, elle-même, continue à approfondir ses propres réflexions sur la reconstruction du pays, par la publication d’un document de base pour stimuler cette recherche.

· Concernant les calamités qui frappent le pays, et le choléra en particulier, les participants ressentent l’impérieuse nécessité que le Gouvernement dépasse le stade des informations qui ne semblent pas l’engager vraiment, pour dessiner des politiques de santé publique réelles pour le pays. Ces politiques passent nécessairement par :

o L’affirmation du droit des citoyens et citoyennes à l’eau potable pour ;

o La création d’un environnement sain par la gestion rationnelle des ordures et la mise en oeuvre d'une politique de construction massive de latrines dans les quartiers populaires des villes et les habitations rurales.

La CRAN réitère son intention de continuer son chemin vers la convocation du Pre-congrès rassembleur de la Société civile et le Congrès Véritable; dans cette perspective elle envisage dans un proche avenir l'organisation d'un pré congrès incluant des rencontres à tenir dans les différentes villes et départements du pays.

La CRAN continue à compter sur la contribution et la collaboration de tous et de toutes dans ce processus de mettre en confiance les organisations de la société civile appelées à se transformer en force d'un changement et moteur de développement du pays .


Pour la CRAN,

Révérend Père Kawas François, sj, Directeur CRIE

E-mail :kafranc@yahoo.fr

Professeur Amary Joseph Noël,

Coordonnateur Général de la Confédération des Haitiens pour la Réconciliation (CHAR)

E-mail : profamaryjosephnoel@yhaoo.fr

Révérend Père Wismith Lazard, sj, Directeur Service Jésuites des Réfugiés et Migrants(SJRM)

Révérend Père Jan Hanssens, cicm, Directeur Jilap

lundi 13 septembre 2010

FORMULAIRE D’INSCRIPTION AU PRE -CONGRÈS RASSEMBLEUR DE LA SOCIETE CIVILE HAITIENNE

Nom de l’institution ou de l’organisation………………………………………………

Noms et prénoms de deux Responsables de l’institution ou de l’organisation :

1)…………………………………………………………………………………………...

2)………………………………………………………………………………………….

Téléphones :………………………………………………………………………………..

E-mail :…………………………………………………………………………………….

Adresse physique:…………………………………………………………………………

Type d’activités :…………………………………………………………………………..

Type de population bénéficiaire des services offerts:……………………………………..

Nombre de membres ou d’adhérents de l’organisation ou de l’institution :………………

Estimation du nombre de bénéficiaires des actions de l’institution :………………………

Notre institution s’inscrit au Pre-congrès comme : CO-ORGANISATEUR………….
PARTICIPANT………. OBSERVATEUR……………… (Cochez une alternative)

Nom et téléphone de la personne qui a rempli le formulaire :…………………………

Date et lieu ou le formulaire a été rempli………………………………………….


MERCI !

Port-au-Prince, Haïti, le 10 septembre 2010

dimanche 12 septembre 2010

Lettre d'invitation de la CRAN aux organisations à s'inscrire au Pré-Congrès Rassembleur de la Société Civile haïtienne

Monsieur(Madame),

………………………………………………………………………………………………

La CELLULE DE REFLEXION ET D’ACTION NATIONALE (CRAN) des Jésuites et de la Société Civile a le plaisir d’inviter votre institution à s’inscrire avec statut de CO-ORGANINSATEUR,…… de PARTICIPANT……ou OBSERVATEUR… au PRE-CONGRÈS RASSEMBLEUR de la Société Civile haïtienne.


La CRAN est une institution créée après le séisme du 12 janvier en vue d’offrir aux Haitiens, aux Haïtiennes, aux populations organisées du pays un espace ouvert, inclusif et non partisan de rencontre, d’échange et de réflexion dans le but d’apporter une quote-part significative dans le processus de reconstruction du pays via la production d’une vision concertée et la mise en œuvre d’un nouveau projet de société.

En effet, chaque dimanche, environ une cinquantaine d’organisations ou institutions de la Société Civile se penchent sur la conjoncture nationale et inventent des issues vers un avenir meilleur pour Haïti.

Par le biais du PRE-CONGRÈS, la CRAN vise tant un rapprochement des organisations éparses de la Société Civile qu’une extension de la réflexion et de l’action pacifiste militante à l’échelle nationale.

En définitive, la CRAN cherche à transformer la Société Civile Haïtienne en une macro structure organisée autour d’une vision claire de la situation du pays, en une « force de changement » et en un « moteur » du développement national.

Dans la perception des membres de la CRAN, font partie de la Société Civile :

1o) Les associations communautaires
2o) les syndicats;
3o) les groupements religieux;
4o) les fondations privées;
5o) Les organisations de charité
6o) Les organisations professionnelles
7o) Tous les regroupements qui cherchent la résolution des problèmes qui tenaillent un pays ou une collectivité : environnement, santé, croyances, éducation, misère, développement sans agir sous le manteau ou la couverture des corps officiels qui exercent le pouvoir politique etc.

Le PRE-CONGRÈS, prélude au GRAND CONGRÈS DE LA SOCIETE CIVILE sera réalisé en trois phases complémentaires :

1o) Une phase de lancement incluant les activités préparatoires et un appel instant aux institutions et personnalités de la Société Civile à s’engager.

2o) Une campagne médiatique incluant larges consultations, collecte de données et débats constructifs tant dans les provinces qu’à Port-au-Prince.

3o) Le PRE-CONGRÈS proprement dit se déroulera dans une enceinte apprêtée pour la circonstance. Il regroupera des représentants de la Société Civile de tout le pays dans une dynamique unitaire ouvrant des avenues nouvelles pour Haïti grâce à une participation effective de ses fils dans les efforts de reconstruction.

Serrons-nous les coudes pour offrir de nouvelles perspectives aux générations futures !

Pour la Cellule de Réflexion et d’Action Nationale(CRAN) :

- Révérend Père Kawas François S.J.
Coordonnateur Général de la Cellule de Réflexion et d’Action Nationale (CRAN)

- Professeur Amary Joseph NOEL
Coordonnateur Général de la Confédération des Haitiens pour la Réconciliation (CHAR)

- Révérend Père Wismith Lazard S.J
Responsable du Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants d’Haïti (SJR)

Port-au-Prince, Haïti, le 10 septembre 2010



N.B. 1) Merci d’appeler aux numéros suivants :3-658-6608 ; 3-556-6699 ;3-814-6418 pour confirmer votre participation

2) Merci de remplir le formulaire joint et nous le renvoyer à a) Tabarre 10 No. 4, P-au-P, Haiti, b) Centre Social des Jésuites, 27, 1ère Avenue du Travail, Bois Verna, P-au-P, Haiti ou à l’adresse électronique : kafranc@yahoo.fr

3) Les frais de transport, de nourriture et de logement pour le Pre-congrès sont pris en charge par la CRAN.

4) Les institutions qui veulent apporter une contribution financière ou un don pour l’organisation du Pre-congrès sont bienvenues.

5) Pour plus d’informations sur la CRAN, visiter le blog :réflexionscitoyennes : jésuites et société civile en Haïti.